Le 08 mars, journée de la femme

08/03/2022

Aujourd'hui, nous sommes le 08 mars.

Pour cette journée de la femme, j'avais envie de m'exprimer un peu sur le sujet homme/femme avec cet article.

Je vous souhaite bonne lecture et n'hésitez pas à interagir en laissant votre commentaire!!


Cette date signe l'avancée des droits de la femme au niveau international. Quelle belle avancée!! Ne trouvez-vous pas? La femme étant, alors, considérée comme inférieure à l'homme. Tous deux roués dans une société patriarcale.

Cependant, chaque individu n'a-t-il le droit d'être? Pensez-vous que nous sommes sortis de ces apprentissages patriarcaux?

Le droit d'être et d'exister:

L'homme n'a de cesse ce désir de prouver sa supériorité, sa force, sa grandeur. Mais pour autant, les apprentissages patriarcaux reçus lui demandent de refouler son être intérieur véritable, ses émotions, ses sentiments, pour correspondre à certains critères. De même pour les femmes. Ces critères ne prennent en compte qu'un seul "côté". Féminin pour les femmes et masculin pour les hommes.

Hors, ne sommes nous pas tous dotés d'un côté masculin et féminin? Ne sommes nous pas "entiers", homme ou femme? Ne sommes nous pas uniques?

Dans ce cas, nous pourrions ainsi conclure que l'homme qui ne sait que démontrer son côté masculin et la femme qui ne sait que démontrer son côté féminin, ces êtres qui refoulent tout un tas de choses, sont meurtris, blessés. Une partie d'eux n'a pas pu s'exprimer car ils n'ont pas reçus les apprentissages en ce sens. Bon nombre ne savent pas comment faire pour désapprendre et commencer à se réapprendre, à s'écouter véritablement, faire ressortir ces parts d'eux qu'ils ont été contraints d'enfouir.

Bien souvent, un homme meurtri, suivant ses apprentissages patriarcaux, pense trouver une réponse à ses problèmes en prenant à partie son entourage direct. S'en suivent alors des violences physiques, psychologiques et tout un tas de dépendances en oubliant même de se respecter. La femme, bien souvent, se contente de subir car n'a pas reçu les apprentissages pour exprimer son côté masculin. Perdant alors sa confiance en elle, créant des dépendances, faisant également, parfois, subir des violences à son entourage. Ces deux êtres ne savent finalement pas comment s'y prendre et sont remplis de blessures émotionnelles à panser.

N'est-il pas là, le moment de réapprendre à se connaître, s'accepter, oser, enfin, exprimer complètement son être véritable et d'apprendre à se respecter soi-même?

La femme crie haut et fort son indépendance, cherchant parfois à "égaler" l'homme ou cherchant, parfois, à démontrer sa supériorité.

Pourquoi?

Nul besoin de "chercher à...", seulement à être, à exister dans son entièreté.

Cette société patriarcale a fait et continue de faire bien des dégâts. Laissant l'un et l'autre dans l'apprentissage que l'homme est supérieur et doit refouler son côté féminin, puis que la femme doit subir et refouler son côté masculin. Créant, ainsi, tout un tas de problèmes de compatibilité, car bon nombre cherchent à se reconstruire.

Nous voyons d'ailleurs bon nombre d'articles, de publications etc qui  proclament ceci: Vivre sa vie, oser être soi, découvrir son être véritable. Mais comment fait-on pour se reconstruire? Pour se réapprendre? (Vous pouvez en ce sens consulter la rubrique développement personnel). 

Ne sommes nous pas faits pour se compléter, s'unir, dans l'amour et donner naissance au lieu de s'évertuer à se prouver notre droit d'exister et créer des tensions?

S'unir:

Aujourd'hui, nous remarquons bon nombre de divorces, séparations et chacun s'empresse de retrouver chaussure à son pied et cela par n'importe quel moyen.

Mais, avec ces apprentissages patriarcaux qui ont créé de nombreux problèmes comportementaux! Pensez-vous que cela soit possible aussi facilement?

Avez-vous pensé, homme ou femme, spirituel ou non, à vous reconnecter à votre être intérieur véritable? A votre part oubliée? A apprendre à connaître ce côté de vous qui a été refoulé, caché au plus profond de vous? A l'accepter? A l'intégrer?

Aujourd'hui, nous voyons une hypersexualisation. La femme pensant ainsi être pleinement femme en jouant un rôle de séductrice, aimant se sentir désirée. L'homme devenant dépendant de cette image et globalisant l'image de la femme avec cette seule vision. Mais cela ne nourrit-il pas toutes ces dépendances, tous ces apprentissages patriarcaux?

L'hypersexualisation nourrit les problèmes comportementaux et les dépendances. D'ailleurs, je vous propose de découvrir la publication de Vikingflo(pseudo) sur Instagram ici.

De même, une maman nourrissant ou réconfortant son enfant en "public" en allaitant. Trouvez vous cet acte odieux que de nourrir et apaiser son enfant en lui proposant son sein? Son sein d'où sort le lait conçu tout spécialement pour lui? Son sein qui est fait pour nourrir et apaiser son enfant? Créant cette proximité réconfortante et sécurisante? Et ce, que cet enfant ait 15 jours ou 5 ans?

Oui, un enfant, jusqu'à l'âge de 6/7 ans est en pleine construction et a grandement besoin de tout çà, de réconfort, de présence, de sécurité, d'écoute.

D'ailleurs, lorsque vous avez de nouveaux projets en tête, de nouvelles idées, un nouvel environnement, ne recherchez vous pas l'appui des autres, un soutien quelconque, du réconfort, des repères?

Pensez-vous que la majeure partie ait bénéficié durant cette période, de la naissance à 7 ans, de tout çà?


Revoyez vous enfant. Avez-vous bénéficié de tout cela? De réconfort, de sécurité et d'écoute? Vous a-t-on laissé vous exprimer totalement ou avez-vous entendu:" Un homme doit agir comme çà"? ou " Une femme doit agir comme çà"?


Certes, la reconnaissance de la femme en tant qu'individu est une bonne chose!!

Pour autant, la reconnaissance de chaque individu, dans son entièreté et son unicité serait bien plus belle.

Il me tarde de lire vos expériences, votre histoire, vos avis!!!!

Avec Amour et bienveillance

Karine.